Etudes


Depuis 2007, le programme de Recherche CODEV a mené des études sur les thèmes suivant : 




L'impact sociétal d'une entreprise du secteur pétrolier (Total) dans les régions extractives du Delta du Niger (Nigéria) (2007-2014) 

Termes de recherche

La collaboration de recherche, a eu comme objectif d’étudier la contribution de Total et d’autres entreprises du secteur pétrolier au développement local dans le delta du Niger. Les termes de recherches ont consisté à définir une méthodologie pour mesurer la performance sociétale des entreprises du secteur pétrolier, approfondir l’analyse des causes à l’origine du faible niveau de développement du delta du Niger, et mener une réflexion sur les moyens d’améliorer le développement, selon les axes de la gouvernance et de la responsabilité d’entreprise.

Dans cet objectif, CODEV a procédé à huit études de terrain de 2008 à 2013 dans trois zones différentes : une zone impactée par des activités de production onshore (Gouvernement Local d’Onelga, Etat de Rivers, où Total et Agip ont une activité depuis les années 1960), une autre zone affectée par de la production offshore (Gouvernement local de Eastern Obolo, Etat d’Akwa Ibom), et une troisième zone impactée par la construction d’un pipeline dans la région d’Ikwerre (Etat de Rivers).

Les recherches ont permis à CODEV de développer une méthodologie mixte selon une approche à la fois qualitative et quantitative, avec un intérêt particulier pour les liens sociaux. Un Indicateur de Capacité Relationnelle (RCI) a été construit par Gaël Giraud et Cécile Renouard en collaboration avec d’autres chercheurs, pour évaluer plus précisément l’impact des activités des entreprises sur leur environnement social. Inspiré du cadre du développement humain et des capacités, le RCI mesure la capacité des acteurs économiques et des populations locales à interagir et à s’insérer dans des réseaux sociaux, économiques et politiques. Le but de l’indicateur est double: servir de mesure de la performance des politiques de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) pour favoriser les conditions de leur contribution au développement local et régional; et servir comme approche complémentaire aux indicateurs classiques de mesure du développement, ceci en mettant l’accent sur une approche multidimensionnelle du développement vu en termes de capacités relationnelles.


Publications
  • “Crisis and Relief in the Niger Delta (2012–2013). Assessment of the Effects of a Flood on Relational Capabilities”, Oxford Development Studies, 2017, Forthcoming. Par Hélène L’Huillier, Gaël Giraud et Cécile Renouard. 
  • « Pétrole et lien social. Pour une responsabilité politique de l’entreprise », Revue française de socio-économie, Hors-série, n°16, 2015, p.89-104. Par Cécile Renouard 
  • « Multinationales et développement local : du mythe du gagnant-gagnant à l’irresponsabilité politique. Le cas des compagnies pétrolières au Nigeria », in J-P. Pierron (dir.), Les philosophies environnementales européennes, Europeana, n°6, Automne 2015, p.131-151. Par Cécile Renouard 
  • « De la contribution de l’industrie extractive au développement socio-économique des populations riveraines. Le coq, la papillon, l’écureuil et la fourmi, in A. Ngwanza et G. L’Huilier (dir.), Le contentieux extractif, Chambre de Commerce Internationale (ICC), 2015, p.96-105. Par Cécile Renouard 
  • “Happiness by learning: oil companies’ training programs in the Niger Delta”. Par Gaël Giraud, Hélène L’Huillier et Cécile Renouard, Working Paper, 2014. 
  • “Y a-t-il une malédiction des matières premières ?”, published in the proceedings of the Colloquium of the French Association for Law Philosophy (“La multinationale dans tous ses Etats” chez Dalloz). December, 2013. Par Cécile Renouard et Hervé Lado. 
  • “Relational Capability: a Multidimensional Approach”, ESSEC Working Paper 1306, 2013. Par Gaël Giraud, Cécile Renouard, Hélène L’Huillier, Raphaëlle de la Martinière, et Camille Sutter. 
  • “RSE et Justice Sociale: le cas des multinationales pétrolières dans le Delta du Niger”, Afrique et Développement XXXVII(2), 2012, 167–193, CODESRIA (Senegal). November 2012. Par Hervé Lado et Cécile Renouard. 
  • “CSR and Inequality in Niger Delta, Nigeria”, Corporate Governance 12(4) 472–484. August 2012. Par Cécile Renouard et Hervé Lado. 
  • “Mesurer la contribution des entreprises au développement local: le cas des pétroliers au Nigeria”, Revue française de gestion, 2010 36 (208-209), 101–115. Par Gaël Giraud et Cécile Renouard. 
  • “CSR, Utilitarianism and the Capabilities Approach”, Journal of Business Ethics, 98 (1), 85–97. 2011. Par Cécile Renouard. 
  • “Measuring the contribution of extractive industries to local development: the case of oil companies in Nigeria”, ESSEC Working Paper 1109, July 2011. Par A. Diongue, Gaël Giraud et Cécile Renouard 
  • “Le Nigeria et la malédiction des ressources”, Etudes, octobre 2010, 307–318. Par Cécile Renouard. 
  • “La Responsabilité sociale des multinationales spécialisées dans l’extraction des minerais et hydrocarbures”, Journal du Droit International, Avril-mai-juin 2008, 485–496. Par Cécile Renouard.






Risques sociétaux et impacts pour une entreprise du secteur pétrolier (Total) (2015-2016)


Termes de recherche

Les recherches menées en se sont placées dans l’optique de développer un outil d’aide à la décision, à l’anticipation du risque sociétal et à l’adaptation de la politique et les actions « RSE » de l’entreprise en cherchant à tester un schéma d’analyse et de gestion des risques et impacts sociétaux. Le Programme de Recherche CODEV a confronté le schéma d’analyse à des données collectées lors d’enquêtes d’impact sur le tissu économique, social, politique et culturel de l’activité de Total au Nigéria entre 2002 et 2013. 






L’analyse des logiques institutionnelles liées au développement durable et le suivi des impacts des activités dans le secteur

 pétrolier (Total) (2016-2019) 


Termes de recherche

Les recherches actuelles portent sur une approche systémique de la prise en compte des enjeux du développement durable à travers notamment l’analyse des diverses logiques institutionnelles qui encadrent l’action de l’entreprise, ainsi que sur les impacts des activités de l’entreprise sur le développement local à partir de la notion d’empowerment relationnel, avec des missions de terrain en Afrique et éventuellement en Amérique du Sud.

L’approche systémique de la prise en compte des enjeux du développement durable peut être détaillée de la manière suivante : la responsabilité sociale de toute entreprise résidant, entre autres, dans sa contribution à la préservation des biens communs mondiaux comme le climat, qui va de pair avec la limitation de la consommation des énergies fossiles et des ressources naturelles non renouvelables, la transformation des sociétés appelle une transformation des modèles productifs, donc des pratiques, du modèle économique et des choix d’investissement des entreprises. Les recherches s’orienteront vers l’analyse de la manière dont l’entreprise appréhende et s’approprie ces logiques.

La mesure des impacts et de la contribution de l’entreprise au développement socio-économique local sera prise en compte de la manière suivante : le Programme de Recherche CODEV ayant élaboré un cadre d’analyse concernant les conditions du développement local et de la cohésion sociale dans des zones où les entreprises mènent des opérations, les recherches consisteront à faire appliquer et éventuellement faire évoluer ce cadre dans de nouveaux terrains en lien avec l’analyse systémique de la prise en compte des enjeux de développement durable. 





L’impact de projets d’empowerment menés par Danone en Indonésie, Mexique, Argentine et Brésil (2011-2015)


Termes de recherche - Indonésie 


Le Pemulung Empowerment Project (PEP) a été initié en mars 2010 avec comme objectif d’améliorer l’empowerment de chiffonniers (ou pemulung) en Indonésie à travers une meilleure organisation de leur travail de collecte, tri, et transformation de plastique, et de vente en leur permettant de vendre directement le plastique (sans intermédiaires) à des usines de recyclage. En combinant les dimensions économique et sociale, les profits générés par ce modèle avaient pour vocation d’être redistribués à travers divers services sociaux et du micro-crédit, créant ainsi de meilleur conditions de vie pour les plus pauvres en milieu urbain. Le projet a ensuite pris une orientation plus économique, visant à sécuriser pour l’entreprise la chaîne d’approvisionnement en plastique (rPET), à améliorer la productivité des pemulung tout en réduisant le nombre de sites de cinq à trois.

Le Programme CODEV a mené des études de terrain en 2011, 2012 et 2013. Les études d’impact menées par CODEV avaient comme termes de recherche le suivi de l’empowerment économique, social et politique des pemulung. 




Termes de recherche - Mexique, Argentine et Brésil


Le projet Pepenadores a été initié en 2012 avec comme objectif d’améliorer les conditions de travail et de vie des chiffonniers dans le nord du Mexique. Les chiffonniers impliqués dans le projet sont des travailleurs de l’économie informelle, qui trient les matériaux recyclables sur une décharge pour les revendre à la pièce. Le projet leur offre une opportunité de travailler dans un centre de tri dans de meilleures conditions de sécurité et leur donne accès à divers services sociaux, tout en leur permettant de conserver leur statut de travailleurs indépendant. Le but pour Danone est double : d’une part, ce projet vise à sécuriser les approvisionnements en plastique recyclé, importants pour des raisons économiques et environnementales, et il vise d’autre part à assurer que les chiffonniers, intégrés par le projet dans la chaine de valeur de l’entreprise, bénéficient de conditions de travail décentes. Contrairement à d’autres projets du Fonds Danone Ecosystème, qui ont été mis au point en réponse à des lois ou règlements locaux contraignant les entreprises à prendre en charge leurs déchets (par exemple en Indonésie et au Brésil), le projet mexicain n’est pas lié à des changements de règlementation et constitue donc une innovation locale.

Le Social Return On Investment Network et le Programme de recherche CODEV ont été retenus pour mesurer les impacts de ce projet de modèle inclusif visant à transformer les conditions de vie et de travail tout en incluant ses bénéficiaires dans une nouvelle chaîne de recyclage. Une méthodologie mixte, qualitative et quantitative, a été utilisée, avec au total cinq moins d’études terrain en 2013, 2014 et 2015. L’aspect quantitatif de l’étude consiste en l’application de la méthode des doubles différences (differences-in-differences) sur des données issues de sondages de 900 chiffonniers sur le site du projet et sur 3 autres décharges de « contrôle » dans le Nord du Mexique. La dimension qualitative a été assurée par des entretiens ouverts et approfondis avec des chiffonniers et des personnes en charge du projet, entretiens qui ont ensuite été analysés en collaboration avec des consultants mexicains de Bitacora Social et le sociologue français Philippe d’Iribarne. En 2016, une étude de terrain de deux semaines en Argentine et au Brésil a permis au programme CODEV de comparer les quatre projets du cluster « Recyclage » du Fonds Danone Ecosystème, et d’approfondir la compréhension des contextes institutionnels et de leur influence sur le succès de telles initiatives menées au nom de la RSE.


Publications 

  • "Corporate responsibilities towards social transformation. The case of a waste-picker empowerment project in Mexico”, Working Paper. Par Hélène L’Huillier et Cécile Renouard. 
  • “Complementing the Capabilities Approach on Exclusion by Culture: The Case of Waste-Pickers in Indonesia”, Working Paper, 2014. Par Anda Djoehana Wiradikarta et Cécile Renouard 


 Symposium

  • 8-11 septembre 2015, Georgetown University, Washington, conférence annuelle de Human Development and Capability Association, « Measuring project impacts on social mobility and empowerment, Ethical and epistemological issues raised by the capability approach ».




Un Partenariat Public-Privé avec Veolia pour l’accès à l’eau à Nagpur, Inde (2011-2012)


Termes de recherche


Nagpur est la seconde capitale de l’Etat du Maharashtra, avec 2,5 millions d’habitants. C’est la première ville indienne à s’être engagée dans un Partenariat Public-Privé (PPP). Elle a signé un contrat avec Veolia et un opérateur local en Novembre 2011, formant ainsi le groupe Orange City Water (OCW) pour la maintenance et l’approvisionnement en eau de toutes ses zones urbaines. 

Le programme de recherche CODEV a analysé les conditions de succès du projet du point de vue économique et social. L’analyse principale a été menée avant le début des travaux, en coopération Avec le Centre for Human Sciences de New Delhi, avec une attention particulière aux bidonvilles, qui représentent un tiers de la population de Nagpur. 

De juillet 2011 à Mai 2012, les études de terrain ont permis d’entrer en relation et de faciliter les communications entre trois types d’acteurs : les autorités publiques (hommes politiques et administrations), la société civile (ONG, presse, etc.) et la population locale (les bénéficiaires du projet), le but étant de dresser une image complète de la situation avant  que le partenariat ne se traduise dans les faits. Un rapport de recherche a été rendu fin 2012.


Publications

  • “Corporate Social Responsibility and corporate service management in Nagpur », D. Lorrain et F. Poupeau (dir.), Water Regimes. Beyong the public and private sector debate, Routledge, 2016, p.107-122. Par Cécile Renouard et Marie-Hélène Zerah.
  • « Peut-on concilier responsabilité sociale de l’entreprise et mission de service public dans le secteur de l’eau ? Enquête sur le contrat de Nagpur, Inde », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°200, 2014, p.76-87. Par Cécile Renouard et Marie-Hélène Zerah. 
  • “On equity in India’s water supply public-private partnerships”, ESSEC Working Paper 14-11, 2014. Par Swann Bommier et Cécile Renouard.





Indicateurs, de développement, Indicateur de Capacité Relationnelle (RCI), et Indicateur de Légitimité de l’Etat (SLI), avec l’Agence Française de Développement (2013-2015)


Termes de recherche


Les recherches ont porté sur les thèmes suivant:
  • La qualité des relations comme mesure du tissu social et comme un aspect central du développement humain. 
  • Les indicateurs multidimensionnels dans les études d’évaluation d’impact, un cas d’étude : la présence des entreprises pétrolières au Nigeria. 
  • Indicateur de Légitimité de l’Etat et Indicateur de Capacité Relationnelle.
  • Analyse multiniveaux – revenue /mesures matérielles, inégalités, et capacités relationnelles. 
  • Analyser les liens entre les Capacités Relationnelles, le Revenu, et le bien-être subjectif : le cas d’une micro-étude effectuée au Mexique.

Publications

  • Relational Capability Index 2.0, AFD Working Paper, 2015-12. Par Gaël Giraud, Rakesh Gupta, Cécile Renouard et Thomas Roca. 
  • Economic Development: Is Social Capital Persistent? AFD Working Paper, 2015-17. Par Rakesh Gupta. 
  • State Legitimacy: A Multidimensional Approach, AFD Working Paper 2016-25. Par Camille Sutter, Cécile Renouard et Thomas Roca.



La contribution du secteur privé au développement, avec l'Agence Française de Développement (2016-2017) 



Termes de recherche

L'objectif de ce partenariat de recherche est de contribuer à la réflexion de l’AFD sur la responsabilité des entreprises vis-à-vis du développement durable des pays du « Sud ». Il s'agit de mener une analyse des diverses formes de contribution du secteur privé au développement, et d’établir une typologie des instruments d’évaluation des effets de l’activité des entreprises sur les parties prenantes et leur environnement, en faisant apparaitre les différentes conceptions du développement qui sous-tendent ces méthodologies.




La responsabilité d’entreprise d’une entreprise multinationale (Michelin) dans le lancement d’un parc industriel au Tamil Nadu, en Inde, avec l’ONG CCFD-Terre Solidaire (2012-2015)


Termes de recherche

L’objectif des recherches a été d’étudier le rôle des mouvements sociaux transnationaux et des réglementations internationales de l’ONU et de l’OCDE sur les stratégies des entreprises dans les pays émergents.

Par le biais d’une ethnographie du conflit qui a opposé l’Etat du Tamil Nadu, l’entreprise Michelin, les populations riveraines, des organisations non-gouvernementales locales et françaises et le Point de contact national de l’OCDE à Paris, nous avons pu identifier comment la responsabilité de l’entreprise est aujourd’hui appréhendée par les acteurs impliqués dans un investissement direct étranger.

Ceci nous permet de comprendre comment les Etats et organisations internationales se saisissent des appels de la société civile pour une mondialisation respectueuse des droits de l’homme ainsi que pour réformer le droit et les modes de gouvernance relatifs à la responsabilité de l’entreprise.

Cette recherche a fait l’objet d’une recherche de doctorat sous la direction de Cécile Renouard et Christophe Jaffrelot (la thèse a été soutenue à SciencesPo en juin 2016).
  

Publications

  • Responsabilité environnementale des entreprises et régulation extraterritoriale : l’implantation de Michelin en Inde à l’épreuve des Principes Directeurs de l’OCDE. Etudes internationales, XLVII (1), 107-130, 2016. Par Swann Bommier.




Le lien social comme critère d’investissement socialement responsable, avec Meeschaert (2016-2018). 


Termes de recherche


Les recherches sont organisées autor d’un axe prioritaire : approfondir les enjeux liés aux choix d'investissement socialement responsable et leur contribution au développement, en lien avec la dimension relationnelle telle que la prend en compte CODEV, et la contribution des projets  d'entreprise au lien social et écologique. L’objectif est d’étudier la qualité des relations en interne, entre les collaborateurs d’une même entreprise, et ce tant au niveau horizontal que vertical, et en externe, entre les équipes de l’entreprise et son écosystème.

Notre travail pourrait prendre la forme d’une recherche de critères relationnels de l’ISR qui soient « opérationalisables » en entreprise, en investiguant plusieurs champs :

  • le partage de la valeur créée au sein de l’entreprise à travers la répartition de la rémunération entre les mandataires et les autres salariés, mais aussi si cela est possible, le dialogue social et les conditions de travail des sous-traitants ; 
  • le mode de leadership et la gouvernance de l’entreprise (partage de l’accès accès aussi aux instances de décision et de contrôle, participation à la définition du projet de l’entreprise) ; 
  • les modes d’organisation du travail et les pratiques collaboratives favorisant par exemple la coopération et la confiance au sein des équipes, ainsi que les politiques de gestion des ressources humaines ayant des effets sur le lien social dans l’entreprise.




Les enjeux de la notion de « Joint Venture Sociale », en collaboration avec l’Association pour la Réinsertion Economique et Sociale (2016-2019).


Termes de recherche


Le modèle de gestion des Joint-Venture Sociales (JVS) est un modèle de partenariat entre des entreprises « classiques » et des acteurs du social (organismes publics, associations, entreprises sociales, etc.). En tant que Joint-Venture spécifiquement sociale qui intègre des expertises traditionnellement considérées comme éloignées, sa particularité réside en ceci qu’elle tente de faire la démonstration au quotidien par son ancrage territorial que les meilleurs savoir-faire « métiers » que l’on trouve dans le secteur privé peuvent contribuer au bien commun. Ce faisant, une JVS recèle un réel potentiel de transformation des modèles économiques traditionnels.

Face à cela, la recherche se fixe deux objectifs entrecroisés en se basant sur des enquêtes de terrain auprès de différentes JVS co-créées et co-gérées notamment par l’Association pour la Réinsertion Economique et Sociale et l’association Vitamine T.

Le premier objectif est celui de la formalisation transversale et dynamique du modèle socioéconomique des JVS, afin de pouvoir le répliquer sur différents secteurs, territoires et échelles.

Le second objectif  est d’étudier conjointement les conceptions de la valeur, de sa juste création et de sa juste répartition, les processus de valuation/évaluation et la conception de la responsabilité politique de l’entreprise sous-jacentes à ce modèle de gestion.